Prévenir et guérir les infections hivernales

Mieux vaut prévenir (quelques conseils super basiques mais non dénués de bon sens)

– L’hiver est une période de repli et d’introspection, un temps propice au repos. Ce n’est pas le moment d’aller faire de l’accrobranche ou de la spéléologie mais plutôt de lire au coin du feu ! Un organisme fatigué aura plus de mal à se défendre qu’un organisme reposé.
– Si vous vous sentez fatigué, une cure de pollen ou de vitamine C naturelle sera la bienvenue.
– Couvrez- vous, en particulier la gorge et la poitrine (vous l’aurez remarqué, décolleté rime avec été) Pratiquez la stratégie de l’oignon en période de transition (plusieurs couches que l’on peut retirer)
– Ne surchargez pas trop votre alimentation (en particulier réduire graisses animales et sucre), c’est le moment de manger de la soupe !
– Si vous avez suivi assidument la cure dépurative d’automne, vos défenses immunitaires sont renforcées et vous êtes prêts à faire face. Cela n’exclut pas que vous tombiez malade mais vous lutterez plus efficacement en cas d’agression.

La maladie est déclarée, que faire ?

Consultez votre mèdecin, afin qu’il établisse un diagnostic. Une angine ou une bronchite mal soignée peut avoir des conséquences graves.
Réagissez dès les premiers symptômes :
– En prenant tous les matins 10 à 20 gouttes d’extrait de pépin de pamplemousses (jusqu’à la disparition des symptômes)
– En prenant matin et soir une tisane composée de plantes pectorales, expectorantes, sudorifiques, anti-infectieuses… (qui sera composée par votre herboriste en fonction de vos symptômes)
– En cas de rhume : Lavez-vous les fosses nasales matin et soir à l’eau de mer, utilisez ensuite un spray nasal à la propolis et aux huiles essentielles (que vous trouverez en magasin bio ou pharmacie)
– L’utilisation des huiles essentielles en interne est possible sur les conseils avisés d’un thérapeute. Vous pouvez également les utiliser en diffusion atmosphérique et/ou en massage.
– Prenez du repos pour permettre  à votre organisme de bien lutter contre la maladie. Et hop au lit avec une bonne bouillotte !
– Maintenez un taux d’humidité suffisant, particulièrement dans votre chambre à coucher.
– Simplifiez votre alimentation et supprimez temporairement les laitages et produits à base de gluten (seigle, orge, blé, avoine) qui favorisent la sécrétion des muqueuses.
– Buvez abondamment (surtout des tisanes à base de plantes ORL)
– La fièvre est une réaction salutaire de votre organisme pour lutter contre la maladie, ne cherchez pas systématiquement à l’éradiquer (surveillez toutefois que la température ne dépasse pas 39°)
– Une cure d’oligo-éléments est conseillée (complexe cuivre-or-argent)
– Mangez léger en favorisant les aliments remèdes (voir plus bas)
– Si vous prenez des antibiotiques, il est conseillé de faire une cure de probiotiques  dès la fin du traitement pour aider votre flore intestinale à se reconstituer et ainsi éviter les rechutes.

Les aliments remèdes, de précieux alliés pour bien passer l’hiver

La meilleure des préventions, c’est une bonne alimentation. Il ne vous viendrait pas à l’idée de mettre un vieux carburant frelaté dans le moteur de votre voiture. Donnez du bon carburant à votre organisme. Durant l’hiver, le chou sera votre chouchou, l’oignon votre compagnon, le radis votre meilleur ami (radis noir) ! Pensez également au miel, à l’ail, au gingembre, au citron, aux épices en général. Réduisez votre consommation de viande (maximum 3 fois par semaine), de sucres, de produits laitiers (surtout d’origine bovine). Favorisez les poissons gras (saumon, sardine,…), les légumes verts, les fruits (une heure avant ou au début du repas)

Cécile, sorcière gentille